• BSG, Blood & Chrome, épisode 2

    L'épisode 2 est en ligne, il suffit de cliquer sur le lien ci-dessous.

    Episode 2

    Résumé de l'épisode 1.

    La guerre fait rage dans les 12 Colonies. Les cylons rendent coup sur coup, et le conflit peut basculer d'un côté comme de l'autre. William Adama, est un jeune pilote de Viper ( petit vaisseau de chasse). Particulièrement doué, il vient d'être affecté à l'escadron de chasse du Galactica, un vaisseau spatial de guerre.

    Dès son arrivée à bord, il doit faire face à une désillusion de taille. Lui qui rêvait de d'abattre du cylon et de se faire un nom (et surtout un prénom), est relégué comme pilote de Raptor- un petit convoyeur. Son co-pilote, Cokers,  qui achève son service dans 47 jours, n'est pas très emballé à l'idée du partenariat avec ce jeune fou audacieux. Il le lui fait savoir.

    Le deuxième épisode propose au spectateur de suivre la première mission du duo Adama/Coker.

    Le premier épisode n'échappe pas aux clichés de la jeune recrue talentueuse et qui en fait des tonnes. Le jeune Adama est donc pour l'instant assez stéréotypé. Mais, le potentiel ouvert par la franchise nous permet d'espérer autre chose, d'autant plus que le développement des personnages est quasiment impossible dans les 11 minutes imparties à ce premier opus.  Les prémices sont posés.

    Les effets spéciaux ont l'air à la hauteur. L'image conserve son caché assez sombre qui souligne des temps difficles et le sérieux du propos.

    J'ai particulièrement aimé la musique qui conbine avec bonheur l'ancien thème et celui de la série BSG 2003.

    Pour l'instant le tout est alléchant, j'attends de voir la suite.

     

     


    votre commentaire
  • BSG : Blood and Chrome

     

    Une excellente nouvelle pour les frakkers. Battlestar Galactica est de retour sur nos écrans... nos petits écrans PC! En effet, la chaîne web Machinima (Universal Cable Diffusion) diffuse à compter de ce soir (9/11/2012), les premiers web épisodes de la nouvelle série BSG.

    BSG : Blood and Chrome

    Cette fois-ci, les spectateurs vont vivre un retour en arrière d'une quarantaine d'année, et suivre les événements de la première guerre contre les cylons. Ces robots conçus dans le but de servir les humains sur les différentes planètes des 12 Colonies, ont largement évolué. L'intelligence artificielle s'est en effet dotée d'une conscience de soi. Ils se sont alors rebellés pour mettre fin à cet asservissement, et supplanter l'espèce "régnante", l'homme.

     

    Il s'agit plus exactement de suivre les premiere pas du jeune William Adama (Luke Pasqualino). Bill est affecté sur le Galactica, mais dès son arrivée à bord il se trouve confronté à l'inimité de son co-pilote et du chef des opérations aériennes.

    BSG : Blood and Chrome

     

    Au programme, les producteurs nous promettent de l'action, du suspens, de l'émotion et les thèmes chers à la franchise (l'humanité, l'amitié, la conscience,...). La série est filmée en studio avec la technologie CGI - un set virtuel, comme pour la série Sanctuary : les acteurs jouent devant d'immenses panneaux verts et les décors 3D sont implantés en post-prod.

    Voici le premier épisode :

    Episode 1

    Les Web épisodes seront d'une durée de 7 à 12 minutes et vont être diffusés jusqu'à décembre 2012. Ensuite, la chaîne Syfy a programmé un téléfilm de deux heures dont la date reste à déterminer avant la sortie d'un Blue-Ray avec une version longue le 19 février 2013.

    BSG : Blood and Chrome

     


    2 commentaires
  • Série télévisée américaine de Science-Fiction (et de réflexion).
    Remake de 2003

     

    
Résumé :
    Les 12 Colonies de Kobol constituent une civilisation  humaine répartie sur 12 planètes dont chacune porte un nom dérivé des signes du zodiaque ( Caprica, Tauron, Geménon, ...). Cette civilisation a atteint un niveau technologique avancé puisqu'elle maîtrise le voyage spatial et i.a.. Elle conserve cependant des aspects assez conservateurs aussi bien dans ses modes de vie que dans cette technologie Elle reste marquée par de très fortes traditions.


    A son actif, cette civilisation a su créer des robots dotés de l'intelligence artificielle «cylons» afin de faciliter la vie sur les différentes planètes. Et comme souvent dans ce cas de figure,  les robots se sont rebellés contre leurs créateurs afin de se libérer de cet asservissement. Suite à une longue guerre, les belligérants ont signé un armistice, mais pas de traité de paix. Les cylons quittèrent les colonies et depuis 40 ans, le silence radio règne.

    Battlestar-Galactica-003

    Soudain, une attaque surprise dévaste les 12 planètes, manquant de rayer de l’univers la race humaine. Seuls quelques 50 000 humains  réussissent a échapper à l’anéantissement total de leur civilisation.

    L’espoir de survie est très mince : leurs ressources sont limitées, ils n’ont aucun allié, aucun point de chute, aucune direction à suivre et surtout, les cylons les talonnent. Leur seule chance de survie réside dans un vieux vaisseau de guerre nommé  Battlestar Galactica.

    Ainsi, les humains doivent-ils faire face à la menace cylon (intérieure et extérieure), mais également combattre ses propres démons.

    En effet dès le début, un bras de fer entre le chef militaire de la Flotte, le commander Adama, et la Présidente des 12 Colonies, Laura Roslin s’engage.


    Portrait des personnages :
    Commander/ Amiral William Adama est le commandant du Battlestar Galactica et le chef militaire de la Flotte. C’est un homme stoïque et privé avec le coeur sur la main. Très pudique, il doit faire face à une série de drames privés : son benjamin, Zack, est décédé lors d'un vol opérationnel; il a divorcé de son épouse décédée lors de l’attaque des colonies. De fait, il est brouillé avec son fils ainé qui le déteste. Prompt au pardon et bienveillant, il dirige son vaisseau d’une main ferme et compréhensive qui lui vaut la loyauté et l’admiration de tous ses subalternes (ou presque).

    Les relations qu’il entretient avec la présidente Laura Roslin sont des plus ambiguës - une ambiguité maintenue tout au long de la série. D’une part il admire sa fermeté et sa capacité à prendre des décisions difficiles, de l’autre il demeure un homme avec des préjugés et éprouve des difficultés à lui faire confiance. Ses sentiments vont s’attendrir au fil des difficultés. (La mise en scène souligne régulièrement l'ambiguïté de leurs rapports.)

    Son amitié avec le colonel Tigh est centrale à la série.


    Ces deux types de rapports  permettent également de souligner  les difficultés face à la solitude du pouvoir, le poids des responsabilités et l’usure conséquente au stress et au combat.

     

    battlestar galactica s2 2
    Laura Roslin est la secrétaire d'état à l'éducation lors de la destruction des 12 Colonies. Seule survivante du gouvernement, elle devient Présidente par intérim. Et se trouve immédiatement confrontée à l'opposition militaire qui renâcle à lui reconnaître un semblant d’autorité.  Son caractère bien trempé, lui permet de d'obtenir la reconnaissance de sa  légitimité  et de jouir des responsabilités qu’elle revendique.
    Atteinte d’un cancer du sein, elle cadre parfaitement a une ancienne prophétie qui prédit qu'un chef mourant conduira le peuple vers la mythique planète Terre et elle s’érige comme le chef spirituel de la Flotte ce qui engendre un surcroît de tension avec son chef militaire.

    Kara Trace- Starbuck

    Kara Thrace est téméraire et rebelle, elle a du mal à supporter l'autorité, surtout celle du colonel Tigh qu’elle ne respecte pas second du Galactica (un poivrot et un sale bâtard selon elle). C'est également le meilleur pilote de Viper de toute la flotte coloniale - Starbuck est son indicatif de pilote. Elle est également une jeune femme sensible et immature qui cache de profondes blessures derrière un comportement roublard et provocant.
    battlestar galactica poster
    Lee Adama - Apollo

    Lee « Apollo » Adama est le fils du Commander Adama. Les rapports entre eux sont au mieux houleux, au pire ils tendent vers l'affrontement physique. Il tient son père responsable de la mort de son frère et ne manque pas une occasion pour le lui reprocher. Très vite, il souffre de faire face à différentes comparaison (son pére, son frère et Kara, meilleur pilote), et de vivre dans l’ombre de son père. Cherchant à se faire son nom tout au long de la série, il prend vite partie dans le conflit larvé entre Adama et la Présdente. Cette volonté, le conduit à faire parfois de mauvais choix, et souvent à raviver les frictions dans leurs relation.

    Edition :
    Série complète - 22 Blue-Ray  :
    - "Battlestar Galactica - Saison 1"
    - "Battlestar Galactica - Saison 2"
    - "Battlestar Galactica - Saison 3"
    - "Battlestar Galactica - Saison 4"
    - "Battlestar Galactica - Razor"
    - "Battlestar Galactica - The Plan"
    1 livret avec listes des épisodes, lexique des termes de la série et réponses du quiz de la saison 4

    Bonus :
        Commentaires audio
        Scènes coupées
        Reportages
        Making of
        Bonus U-Control
        Quiz
        Podcasts
        Vidéoblogs
        Bandes originales
        Versions longues d'épisodes
        ...

     

    

Critique :


    
La révolte des robots est un thème fort et cher à la SF.
    Le pilote est très bien mené. Après quelques scènes d’exposition nous sombrons rapidement dans un univers, une atmosphère post-apocalyptique.
    La mise en scène est classique, le scénario plutôt efficace avec une seconde partie bien rythmée et prenante.

    Les personnages n'évitent pas toujours le "stéréotypage", mais globalement sont réussis. Les acteurs sont très bons et crédibles dans cette ambiance fin du monde.
    La sensation d'oppression est très bien souligné par la photographie, et la musique.

    Mais attention pour ce qui s'attendent à des batailles spatiales épiques, à des effets spéciaux du tonnerre... Ce n'est pas du space-opéra comparable à Star Wars.

    Le pilote est une bonne entrée en matière mais ne fait pas preuve d’une grande originalité.

    7/10

    La saison 1

    Ce "remake" choisit une voie différente de la série originale basée sur les batailles spatiales. Elle pose les bases d'une série plus aboutie, plus noire et son regard se pose essentiellement sur l’humanité.

    Elle se démarque complètement de son ainée et choisit un positionnement original pour une série destinée au grand public. L'accent est mis sur l'affrontement silencieux entre un guerrier aguerri, chef militaire charismatique et l’«inexpérimentée» nouvelle présidente des 12 Colonies, ainsi que sur l’attitude des survivants face à l’adversité. D'une ambiance volontairement sombre, pessimiste, l'espoir réside dans la jeune génération.

    Attention, c'est noir, un brin cynique et assez psychologique.

    L'interprétation est remarquable que ce soit les acteurs principaux (surtout en deuxième période de la saison) ou les secondaires. Les scénarii sont pour la plupart de très bonne facture (mention spéciale au premier épisode 33', et au deux derniers) et frise parfois l'excellence. La mise en scène est tout à fait honorable.
    Elle est filmée à l'épaule dans le style du reporter de terrain, et donne parfois une image chaotique...

    8,5/10

     

    2010 5 battlestar galactica

     

    La saison 2

    La série gravit un échelon dans cette seconde saison. Et les thèmes précédemment abordés sont plus affinés, plus recherchés et plus étendus : lutte pour le pouvoir, démocratie, la contraception, le racisme, ect...  Si on veut aller au-delà d'un premier degré particulièrement poignant, intense et captivant. Les personnages sont complexes et humains, Ils sont fouillées, plein de défauts, et les coups du destin qu’ils subissent laissent leurs marques. Bref, beaucoup de relief et de profondeurs.

    Les acteurs principaux sont tout à fait remarquables (Edward James Olmos et Mary McDonnel) et arrivent à véhiculer avec de simples regards et de simples gestes tout un panel d'émotions. Ils sont superbement encadrés par les acteurs secondaires talentueux (Saul Tigh) avec un petit bémol pour Starbuck, parfois un peu trop sur-jouée. 

    Les scénarii sont généralement très bons (2*06, 2*07, 2*18, 2*19) et même excellents (2*10, 2*11, 2*12 et 2*20), malgré un épisode particulièrement raté (Marché noir). La lumière, la musique participent activement à l'ambiance de la série.

    9/10

    Les Saison 3 et 4

     

    Ces saisons ne fait pas dans la dentelle, la série est encore plus angoissante et sombre que les 2 premières. Elle se démarque généralement de ce qui existe (à ma connaissance) en abordant des sujets douloureux, tabous, délicats, et pose des questions sans parti pris; que ce soit sur le génocide, la collaboration, les kamikazes, la justice, la vengeance, ect... A nous d'y réfléchir...

    Certains épisodes sont d'une qualité remarquable (les 3*01 à  3*05 et 4*07, 4*10) parfois très intense ( 4*11, 4*12, 4*13) et peu d'entres eux ne souffrent de médiocrité.

    Le jeu des acteurs est impeccable, la mise en scène généralement- si ce n'est originale- est efficace et les scénarii solides voire excellent pour certains (3*04, 3*05, 3*09, 3*11, 4*10). La musique et l'image servent la série à merveille et renforcent ce côté sombre, inéluctable.

    8/10

     

    battlestar-galactica-theories

     

    Beaucoup de bonus, de commentaires, d'interviews. Belle qualité d'image et de son. Bref, une très belle collection.

     

    Une dernière chose : CE N EST PAS STAR WARS, et oui, les vaisseaux dans l’espace ne font pas de bruit!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

     

    
Slogan : Un incontournable.




    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique