• Le chant des Ames, de Frederick Rapilly

     

    Le chant des Ames, de Rapilly

     

    Cette chronique est également disponible sur le site : Les Chroniques de l'Imaginaire

    Il suffit de suivre ce lien : Le chant des Ames

    Ma Chronique

    Il y a 5 ans de cela, Marc Torkan était reporter à Paris Flash. Il vit désormais à proximité du Golfe du Morbihan, quand il est contacté par son ancien boss au sujet d’une affaire «sensationnelle». La police a découvert le cadavre mutilé d’une jeune femme. En effet, elle fut retrouvée crucifiée sur l’Arbre d’Or en Forêt de Brocéliande.  Les principaux suspects appartiennent au groupe de rock gothique les Sons of Gaël, mais les preuves à leur charge sont loin d’être irréfutables. Marc se rend donc sur place pour réaliser un reportage en collaboration avec Katie - from USA - la photographe, auteur des premiers clichés.

    Troublé par cette affaire, le duo va approfondir ses investigations et chercher l’existence de faits similaires à travers le monde. C’est ainsi qu’ils découvrent un cas en Thaïlande : le meutre a également eu lieu pendant un concert rock/techno. La piste d’un serial killer commence alors à se dessiner...

    Le thème est certes loin d’être orignal, et procéde peut être d’un effet de mode. Et encore, tant il est vrai que les serial-killers ont toujours fasciné et déconcerté la société. Mais, Rapilly parvient à se distinguer des productions courantes sur le sujet. A l’enquête des héros, intéressante en elle-même, il adjoint l’univers techno et rave, un élement de curiosité et de découverte pour un lectorat sans doute peu familiarisé avec cet univers.

    L’ambiance festive et excessive se prête parfaitement aux actions du sérail-killer et induit également une composante esthétique à ce roman. La musique joue un rôle non négligeable dans cette intrigue, mais, je ne dirais rien pour ne point lever le voile sur les rouages des meutres et la palpitante «chasse» à l’homme qui s'ensuit.

    Concernant les personnages, il sont globalement bien écris même si le lecteur n’échappe pas à certains clichés ni à la tentation de faire des comparaisons  avec des productions ciné. Le rythme est enlevé, l’enquête bien ficelée et le style efficace.

    Que demander de plus ? Lire la suite !


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique